Limiter la prolifération des chenilles processionnaires

Comme nous avons pu l’indiquer dans le Trait d’Union de mai 2019, deux actions sont menées conjointement par la Ville, afin de répondre à la problématique de la prolifération des chenilles processionnaires, responsables de réactions cutanées désagréables. Le choix a été fait d’éviter l’utilisation de produits phytosanitaires pour privilégier une démarche naturelle.

L’une de ces actions est la pose de pièges à phéromones, destinés à attirer les papillons mâles qui en deviennent alors prisonniers.

Cette méthode limite la prolifération de chenilles de la génération suivante, sans pour autant l’éradiquer. Ces pièges ont été installés début juin 2019, à raison d’un piège par arbre isolé, un piège tous les 25 mètres ou tous les trois arbres dans le cas d’un alignement d’arbres, un piège tous les 25 mètres en périphérie dans les bosquets, et enfin quatre à huit pièges par hectare en périphérie et au milieu des clairières.

L’autre action consiste à installer des nichoirs à mésanges (l’un des prédateurs naturels de la chenille processionnaire).

Ces nichoirs ont été, en partie, confectionnés dans le cadre d’une action pédagogique, par les enfants participant aux Mercredis Éducatifs, et installés aux mêmes endroits que les pièges à phéromones :

  • Rue Schuman,
  • Val Joyeux,
  • Terrain de pétanque de la Cité,
  • Funérarium,
  • Nouveau cimetière Est,
  • Parc à ballons,
  • Avenue des Nations.

En complément, les agents des Services Techniques interviennent localement par « brûlage » des nids de chenilles, si nécessaire.

Installation des pièges à phéromones

Images des nichoirs réalisés par les enfants dans le cadre des mercredis éducatifs.

Commentaires fermés