Jean-Luc Curabet, l’art en perpétuelle évolution

Depuis 1989, Jean-Luc Curabet est alchimiste de la création, utilisant toutes les techniques à sa portée pour « représenter l’invisible ».

De l’outil traditionnel à l’informatique, l’artiste s’adonne à une perpétuelle réflexion autour de l’art. Elle le poussera d’ailleurs à quitter son emploi en 2007 pour devenir artiste professionnel.

Guidé par cette conscience aiguë que la naissance est annonciatrice de mort, que la vie ne peut se concevoir sans l’ombre de la mort, Jean-Luc Curabet n’hésite pas à donner une seconde vie aux personnes immortalisées sur des photographies anciennes. Ses « âmes égarées » sont celles auxquelles l’artiste choisit d’offrir un regard contemporain.

Transmettre un message, interpeler, provoquer une réaction, tels sont les objectifs de l’artiste pour qui le public a un rôle important à jouer dans la perception de ses œuvres. C’est pourquoi Jean-Luc Curabet n’hésite pas à exposer à travers le monde, livrant son art au regard du plus grand nombre.

Il exposera pour la première fois à Yutz, à la salle Bestien, du 3 au 25 février 2018.

 

Commentaires fermés